Premier aperçu de Fada NGourma.

Dès le départ des boss de Paris, j’ai repris la route pour Fada le 6 novembre et m'insatller enfin dans mon poste. J’ai vite compris que ma venue avait été imposée et que je n’étais pas vraiment attendu. Il n'y a, par exemple, pas de bureau disponible pour moi et je squate le bureau de passage du DG. J'ai cependant été bien accueilli. La tradition d’hospitalité des burkinabés permet d’arrondir les angles et puis, après les problèmes survenus lors de la dernière campagne, les équipes en place admettent sans doute qu’un renfort pour améliorer l’organisation peut leur être utile. De mon côté j’essaye de prendre ma place en douceur sans heurter les susceptibilités. D’autant que je reconnais bien volontiers qu’il y a de réelles compétences, une expérience très riche et une forte motivation au sein de mes futurs collaborateurs. Donc tout ça pour dire que jusqu’à présent je ‘flotte’ un peu dans mon nouveau costume de 'chef'. Je peux heureusement aussi compter sur Arthur, le VIE qui en est à sa deuxième année au sein de la SOCOMA à Fada pour m'aider à m'intégrer. C'est en particulier lui qui me fait découvrir les maquis de la ville comme le Caraïbes, le Jardin de l'Est, le Gibier ....

Dans un premier temps je me suis installé au ’11 décembre’. C’est un complexe hôtelier qui comprend une trentaine de bungalows et un restaurant.  Il a été construit pour accueillir les officiels qui avaient fait le déplacement jusqu'à Fada à l’occasion d’une célébration ‘décentralisée’ de la fête nationale. Voici mon bungalow. Je bénéficie d’un petit salon et d’une chambre. C’est plutôt pas mal mais la connexion internet est très faible et j’ai du mal à communiquer avec Marie-Claire et Pierre. Il n’y a pas d’eau chaude. L’eau est fraîche pour la douche matinale. C’est encore supportable mais cela risque d’être plus dur en saison froide.

 

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Voici un de mes voisins !! Avec sa dame, il vient picorer dans les plates-bandes autour des bungalows. Il y a aussi deux autruches qui se promènent régulièrement au milieu des cases. Je fais attention à elles car elles n’ont pas l’air commode et leur bec est impressionnant.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Mais d’abord, un peu de géographie. Le vrai nom de la ville est Fada N’gourma mais pour faire plus court on dit et on écrit couramment Fada seulement. Cette petite ville est située à 220 km à l’Est de Ouagadougou. Elle compterait 40 à 50 000 habitants. C’est le  Chef-lieu administratif de la province de l’Est et de la région du  Gourma. Fada  c’est aussi la capitale du pays gourmantché. Les Gourmantchés constituent un groupe fort de près 1 500 000 personnes. On les rencontre dans l’Est du Burkina mais aussi au Sud du Niger et au Nord du Togo. Pour plus d’information sur ce peuple voici un lien qui vous dirigera vers un site relatant leur histoire (http://jeanpierrecaillon.unblog.fr/2010/07/09/les-gourmantche/)

Fada s’est développé à un carrefour commercial. La route qui vient de Ouaga continue en effet vers l’Est jusqu’à la frontière avec le Niger. Un axe goudronné descend plein sud vers le Bénin et le Togo. Une route part aussi vers Dori, le Nord du pays et le Sahel.  C’est donc un nœud commercial avec beaucoup de mouvements de camions et de commerçants. Le développement de la production cotonnière a vraisemblablement stimulé la croissance de la ville. Néanmoins cela reste une petite ville. Les boutiques et les petites échoppes sont construites en nombre le long des axes principaux. Ces rues-là sont larges et ombragées par de grands arbres, essentiellement des caïcédrats et des neems.

Premier aperçu de Fada NGourma.
Premier aperçu de Fada NGourma.

A plusieurs carrefours, un gouverneur avait fait ériger des lions en ciment pour marquer le centre des ronds-points.  Bien évidemment, ces statues ont mal résisté aux aléas de la circulation. Celui-là, par exemple, a perdu une patte arrière.

A cet autre carrefour, ce n’est pas un lion mais un tigre qui s’apprête à dévorer une biche.  Il n’y a pourtant pas de tigres en Afrique !!!!!

Premier aperçu de Fada NGourma.
Premier aperçu de Fada NGourma.

Dès que l’on s’écarte des axes goudronnés,  Fada redevient un gros village avec ses rues en terre défoncées qui cheminent entre les cases en banco.  

 

Premier aperçu de Fada NGourma.
Premier aperçu de Fada NGourma.
Premier aperçu de Fada NGourma.

Pour les enfants, ces rues sont autant de terrains de jeux. Ceux là par contre ont choisi la cour de l’école pour jouer au foot

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Voila les stations-services les plus populaires car on y trouve du carburant moins cher que chez Total …. Sans doute du fait d’un approvisionnement peu soucieux des formalités douanières (j’ai croisé aujourd’hui sur la route qui part vers le Bénin, plusieurs motos qui faisaient la navette avec un fût de 200 litres couché en travers du porte bagages) et d'une qualité douteuse.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Pas de cinéma mais des vidéoclubs qui avec une télé et un abonnement à Canal sat, diffusent les matchs de foot.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

J’aime aussi beaucoup les ‘enseignes’ imagées  des coiffeurs.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Actuellement c’est la saison des pastèques.  On en trouve partout.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Un petit barrage sur la rivière qui longe la ville a créé une retenue d’eau utilisée pour irriguer des cultures maraichères et des parcelles de riz. C’est aussi là que les citernes et les charrettes transportant des fûts viennent faire le plein d’eau. En général cette eau est utilisée pour la lessive ou le ménage, les chantiers de construction et pour les animaux ou les jardins mais pas vraiment pour la boisson.

 

Premier aperçu de Fada NGourma.

Je termine ces premières impressions de Fada par le sourire de cette jeune fille qui m’a demandé de la prendre en photo.

Premier aperçu de Fada NGourma.
Tag(s) : #Fada N'gurma, #Burkina Faso

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :