Ce 23 janvier, Pierre et moi avons rendez-vous avec Mathieu, guide de l’ONG AFAUDEB au marché de Natiaboini, plus précisément au « kiosque à café ». Nous partons avec le chauffeur Salia qui nous accompagnera pour la visite du village peuhl.

Une journée au milieu des peulhs

Mathieu nous fait asseoir au kiosque où l’on peut commander différents plats, soupe, riz mais aussi café et plat de viande. Salia prend son petit déjeuner puis nous prenons la direction du village peuhl.

Une journée au milieu des peulhs

Il est un peu à l’écart de la route. Quelques cases, des enclos, des greniers. Nous sommes accueillis par le chef du village. Mathieu traduit questions et réponses. Les troupeaux sont partis paître avec les hommes et quelques garçonnets pour gardiens. Nous nous asseyons à l’ombre d’un acacia. Les femmes restent à l’écart et ce n’est que petit à petit qu’elles viendront nous saluer.

Une journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs

Manifestement ce village est permanent et on peut voir que quelques champs de maïs ont été récoltés. Une femme nous amène une calebasse de lait caillé que nous goûtons pour la remercier. Voyant cela d’autres femmes amènent elles aussi de la nourriture. Nous prendrons un peu de tô de maïs sauce feuilles de baobab. Rapidement  l’atmosphère se détend et femmes et hommes sont ravis de regarder les photos que nous prenons.

Une journée au milieu des peulhsUne journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs

On nous entraine dans le village. Les fillettes esquissent quelques pas de danse au son des bidons et calebasses.

Des jeunes femmes nous font entrer dans leur case où sont entreposés les récipients de lait. On peut admirer les décorations des murs de banco.

Une journée au milieu des peulhsUne journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhsUne journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs

A l’extérieur un tas de maïs doit bien attirer quelques rats… Un âne se repose à l’ombre. On nous fait voir une case de paille de jeune homme. C’est ce genre de case qui est faite lors des transhumances en brousse.

Une journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs

Avant de partir le chef nous fait cadeau d’un coq. Nous sommes gênés de leur générosité et nous promettons de leur faire parvenir les photos de notre visite, ce que Philippe a fait quelques jours plus tard. Les salutations d’usage pour le départ sont chaleureuses et cette fois tout le monde vient nous serrer la main.

 

Ces bergers ne possèdent pas grand-chose. La vie est rude pour ces familles nombreuses. Il faut aller chercher l’eau loin, matin et soir. Tous les matins après la traite des vaches les femmes vont à pieds au marché vendre le lait caillé. Au retour des troupeaux le soir, nouvelle traite, barattage du lait pour le caillé du lendemain.

Une journée au milieu des peulhs

Nous mangeons chez Mathieu à midi : tô à la farine de maïs, riz au gras sauce viande et spaghetti. Une orange bien juteuse pour dessert. Nous partons faire le tour du marché de Natiaboini. Il y a du monde et les curieux se massent autour de nous.

Une journée au milieu des peulhsUne journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhs
Une journée au milieu des peulhsUne journée au milieu des peulhs

Des femmes me poursuivent et me demandent gentiment de les prendre en photo. Une autre, alors que nous partions est venue nous remercier d’avoir visité leur marché. Quelle gentillesse !!! Retour à Fada où Philippe nous attend.

Une journée au milieu des peulhs
Tag(s) : #Fada N'gurma, #Burkina Faso

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :