Nouvelle tournée en brousse entre de 23 et le 26 septembre. Cette fois ci, dans le centre, autour de Divo. Nous avons quatre centres de fermentation dans cette région.

Départ d'Abidjan à 6h30 mais nous ne sommes pas assez matinaux pour échapper aux embouteillages et il nous faudra une heure pour nous extirper au flot des employés qui se rendent au bureau dans le quartier du plateau ou qui traversent le pont vers Vridi. Arrêt à la station Total de Youpogon pour faire le plein de boissons et de glace.

On quitte Abidjan par l'autoroute du Nord que l'on emprunte sur une centaine de kilomètres jusqu'à la sortie vers N'Doussy. Il y a de nombreux trous dans le bitume. On traverse des paysages plutôt plats où aucune trace de forêt n'est plus visible. Il ne reste que quelques arbres épars, essentiellement des fromagers. Il y a des rizières dans les bas-fonds, des traces de champs de maïs, quelques parcelles de patates douces qui poussent sur de petites buttes, des bananiers et des papayers.

Visite des centres de fermentation autour de Divo

Nous retrouvons Bienvenue, le superviseur de la zone centre, à la station d'Hermankono. Ensemble nous rencontrons le staf de deux coopératives. Deux réunions, deux styles bien différents. Une dizaine de personnes dont un vieux dioula nous reçoivent chaleureusement pour la première réunion. Le deuxième entretien se fait en comité beaucoup plus restreint et les échanges sont plus convenus.

Nos centres sont quasiment tous implanés dans des petits villages au fond de la brousse. Il faut donc emprunter de petites pistes de brousse pour les atteindre. Celui de Niafuta ne fait pas exception et nous sommes secoués pendant trente kilomètres.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

Pour aller visiter les plantations, c'est encore pire. Et là ça ne passe pas !!! Nous rebroussons chemin. Retour au centre. Pas de sandwich pour de déjeuner. Bienvenue a amené avec lui un poulet braisé, du riz et de l'atiéké préparé à Divo. 
 

Sur le chemin du retour, arrêt sur une plantation où nous allons contôller des arbres "élites". Ce sont des arbres que nous avons repérés et que nous suivons régulièrement pour leur production et le profil aromatique de leurs fèves, Un groupe d'enfants s'affaire à la récolte du riz. A côté, à l'ombre des cacaoyers, un vieux planteur, nous accapare un petit moment. Il a sans doute un peu abusé du bandji, (l'alcool tiré du palmier) mais il es sympatique. D'un air goguenar, il se présente à nous comme "le papa de tous ces enfants" !!!

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

La piste pour rejoindre Divo est tout aussi mauvaise que celle que nous avons emprunté à l'aller et nous sommes bien fatigués en arrivan à Divo. Cette sous-préfecture d'environ 400 000 habitants est surnommée la ville poussière à cause de la latérite soulevée par les véhicules. Petite ville qui vit des plantations de palmiers à huile et d'hévéas et du commerce du cacao.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

A la gare routière, se sont les vieux 1000 kilos Renault qui sont les rois. Leur état trahit leur âge !!! Mais ils sont toujours sur les pistes et souvent les plus mauvaises.

Nous prenons nos quartiers à l'hôtel "Le Rocher" en périphérie de la ville. Chambre correcte. Il y a bien internet mais le débit du wifi est si faible qu'il est impossible de se connecter. C'est là que nous dormirons les trois prochaines nuits.

 

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

Nous allons faire le plein de boissons avant de dîner à "la casa", un restaurant où Mathieu a ses habitudes. Il connait bien les deux femmes, la mère et sa fille, qui le tiennent. Nous les retrouverons tous les matins pour un petit déjeuner fait d'omelette, de pain et de Nescafé et pour le repas du soir avec le même menu : lapin et carpe braisée. Seul l'accompagnement variera : riz, atiéké, haricots ou frites. Avec une petite bière. La Flag que je buvais il y a dix ans a disparu. Elle est remplacée par la Castell à laquelle je préfère la Tuborg. La plus populaire est sans doute la Bock mais elle trop légère à mon goût. Quand à la Beaufort, elle est très difficile à trouver. C'est aussi ces femmes qui prépareront le poulet et le riz que nous emporterons avec nous en brousse les jours suivants.

Le lendemain, visite d'un autre centre de fermentation au Sud Est de Divo. A la sortie de la ville trois entreprises du secteur bois travaillent. Je me demandent où elles trouvent des arbres à exploiter. On voit plus de fots ni de plantations de tecks ! Les plantations d'hévéas de la SAPH s'étendentt jusqu'aux portes de la ville. Puis viennent les palmiers.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

Nous voila de nouveau ballotés sur une mauvaise piste. Nous croisons des vieux Renault. Bien que surchargés, ils ne lambinent pas !!!!  Nous rentrons tôt à Divo. Nous en profitons pour prendre de l'avance sur le programme du lendemain et nous rencontrons le Président d'une autre coopérative. Belle maison, bureaux climatisés meublés à Abidjan et BMW dans la cour .... Ce président  là ne joue pas dans la même cour que celles rencontrées la veille !!!!

 

Même programme le jour suivant sur un troisième centre. On roule plein Ouest jusqu'à Lakota. Avec ses habitations toujours basse et une urbanisation qui semble désordonnée, ce bourg de 40 000 âmes me fait penser aux villes du far-west.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

A l'instar de ce minibus, de nombreux taxis brousse sont copieusement décorés. Ils arborent souvent, à l'arrière, l'effigie d'une figure célèbre : grand homme politique, star de cinéma ou de foot, musiciens .....

A la sortie de Lakota aussi, il y a une très grosse entreprise du secteur bois, la TRABEX.  Et on s'étonne que la forêt ivoirienne disparaisse !!!!

A partir de Lakota, fini le bitume.Nous revoila balotés sur une mauvaise piste. Plus on s'éloigne de la route principale, plus l'état de la piste se dégrade, plus les restes de forêt sont importants et plus il y a de cacaos. Comme sur cette photo, ils sont encore élevés sous un couvert forestier résiduel. Le paysage est plus vallonné et des blocs de grès apparaissent dans les champs.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de DivoVisite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

Sur cet axe les camionettes Renault ont cédé la place à des bachées japonaises.

Nous atteignons le centre vers 10 heures. Il y a beaucoup de cacaoo qui arrive et l'équipe semble avoir un peu de mal à faire face. Nous allons ensuite visiter des plantations avec une attention particulière sur la recherche de symptomes du swollen shoot. C'es un virus qui fait d'important dégâts dans les plantations de cacaoyers ivoiriennes. Il est propagé par les cochenilles et il se manifeste par un gonflement des jeunes rameaux avant de tuer l'arbre. A la recherche de tels signes, je remarque sur une jeune branche ce que prend de prime abord pour la queue d'un lézard mais qui se révèle être un beau serpent de 80 cm de long environ. L'agent qui nous accompagne ne me laissera pas le temps de photographier le reptile. Il a eu vite fait de couper une perche avec sa machette et de le tuer !!

Visite d'une autre parcelle à côté des cases du villages. Cette fillette est recouverte de talc pour la protéger de la bourbouille, une affection cutanée avec des petits boutons rouges, due à la chaleur et l'humidi.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de Divo

Programme quelque peu chargé pour cettte dernière journée de la mission. En plus de la supervision du dernier centre de fermentation et de la rencontre avec la coopérative qui l'approvisionne, j'ai rendez vous à 9 heures pour assister à une cérémonie de bourses à des écoliers du village. Nous partons donc plus tôt que d'habitude. Trop tôt pour "la Casa". Je me préparais à faire l'impasse du petit déjeuner quand nous sommes  passés devant la boulangerie "Pain Soleil". Non seulement elle était ouverte mais il y avait du vrai café, des croissants et des pains aux raisins !!!!

Notre départ aux aurores aura servi à rien. En arrivant à Léléblé, au bout d'un trajet interminable sur une piste effroyable, je me rends compte que la remise des bourses n'est pas une cérémonie en interne avec le bailleurs de fonds mais un évenement officiel placé sous la présidence le Mme la Sous-Préfet. Le hameau où se trouve l'école est mobilisé. Evidemment, les délégations arriveront avec 3 heures de retard. Comme les membres de la coopérative, les élèves, les enseignants et les familles, j'attends stoicement sous la bâche.

Visite des centres de fermentation autour de DivoVisite des centres de fermentation autour de Divo
Visite des centres de fermentation autour de DivoVisite des centres de fermentation autour de Divo

Je dois me fendre d'un petit discours improvisé. Oups !!!!. Comme les autres VIP je suis escorté jusqu'à l'estrade. Elles portent des dessins traditionnels baoulés au kaolin sur la peau. Une averse vient troubler la fête.

Visite des centres de fermentation autour de Divo

Impossible d'esquiver le repas avec les autorités ni d'échapper au journaliste local. J'ai quand même le temps de m'entretenir avec la Directrice de la coopérative avant de reprendre la piste.

On manque de resté coincés derrière une berline qui n'arrive pas à monter une côte que l'averse a transformée en bourbier. Heureusement, après a avoir traversé la digue du barrage de Taabo (petite pensée pour JPK !), nous ne sommes plus très loin de l'autoroute. Nous y doublons un convoi de l'armée française qui rapatrie des blindés "sagaie" du Mali.

Visite des centres de fermentation autour de Divo
Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Divo

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :