Je continue ma série  ‘au hasard des tournées’.  Après Niafuta et Léléblé, cette fois ci je partage avec vous quelques photos prises lors de mon dernier déplacement à Wagana.

Wagana est un gros village situé à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Divo dans le département de Lakota … pour ceux qui ont le courage de sortir leur carte Michelin. D’ailleurs le village ne figure pas sous ce nom sur les cartes mais sous celui de Hérémankono. Il y a une bagarre entre les communautés autochtones et les allochtones au sujet du nom du village. Les autorités préfectorales n’ont pas encore réussi à imposer le nom officiel (Wagana). Du coup et pour ne froisser personne, le centre que nous avons ouvert en bordure de ce village n’a pas de nom et nos équipes, quand elles sont en réunion avec des planteurs parlent toujours du centre de Wagana-Hérémankono ou de Hérémankono-Wagana !!!!! On peut en rire tant que cela ne dégénère pas mais cette polémique reflète aussi les crispations entre les populations originaires du sud de la Côte d’Ivoire et les groupes qui sont arrivés de tout le reste du pays et des pays environnants pour cultiver le cacao. Et ce sont souvent ces allochtones qui ont planté leur vergers de cacao en faisant fi des zones forestières, classées ou non.

Au hasard des tournées : Wagana

Depuis Divo, on accède à Wagana par une piste qui n’est pas la plus mauvaise de celles que je dois emprunter régulièrement. En quittant Abidjan à 6h30 on est à Wagana entre 9 h30 et 10 heures. Pas question de rentrer sur Abidjan le même jour si je veux vraiment travailler avec mes équipes et rencontrer des planteurs. Je fais en général étape à Divo.

Ne vous fiez pas à la photo. Avec la brume matinale et les grands fromagers en premiers plan on pourrait croire à un paysage forestier mais il ne reste surtout des plantations d’hévéas et des vergers de cacaoyers.

Au hasard des tournées : Wagana

Avec le début de la saison des pluies, beaucoup de fleurs apparaissent. Rouge vif pour les flamboyants et jaunes pour les cassias, mais ce ne sont pas les seuls à fleurir.

Au hasard des tournées : WaganaAu hasard des tournées : Wagana

Les arbustes sur les talus et dans les jachères eux aussi prennent des couleurs comme ces Clérodenrum Paniculatum. Par contre je n’ai pas réussi à identifier à qui appartenait cette inflorescence en boule. Joli, non ?

Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana

Voici le marché de Wagana. Les échoppes laissent peu de place pour la circulation des véhicules. L’échoppe qui suit est une … pharmacie.  Ben oui ... Mais la ‘vraie’ pharmacie la plus proche doit être à Divo ou Lakota à moins qu’il y ait un dépôt de médicaments à Guitri. Mais ce bourg est quand même à plus de 25 km d’ici !!!  Le marché informel du médicament soit florissant en Afrique. Le malheur c’est qu’un certain nombre de ces emballages contiennent de faux médicaments qui sont responsables de nombreux décès.

Au hasard des tournées : Wagana

En arrivant sur le centre de fermentation je tombe sur ce mécano qui est en train de changer les fusées de roues d’un de des camions de collecte du cacao. Ce n’est pas tant l’usage de la massette pour chasser l’axe de la fusée qui m’interpelle. Les mécanos qui sont équipés d’arraches moyeux sont rares, même à Abidjan. Ce qui me pose problème c’est le jeune âge des deux apprentis. Ok, ils apprennent sur le tas leur futur métier mais ils devraient être à l’école à cette heure. Et le calcul, l’écriture et la lecture leur seraient aussi bien utile pour mieux gérer leur future activité !!

Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana

On part avec un planteur visiter sa plantation. Petite marche au milieu des hautes herbes avant de découvrir ses cacaoyers. Joli verger. Il est un peu trop dense et comme il n’a pas été taillé, les arbres ont filé en hauteur. Mais le verger ets bien entretenu.  

La photo ci dessus n’est pas très claire, mais c’est bien la base d’un fromager que le planteur a laisseé pousser au milieu de ses cacaoyers. Il est immense : la base du tronc fait au moins six mètres. Ces contreforts  à la base du tronc sont caractéristiques de ces arbres  Les fromagers (Ceiba pentandra) sont vraiment des arbres magnifiques. Ils s’élèvent très haut et ont souvent des formes torturées. Je les adore.

Les fruits de celui-là sont déjà ouverts. Les graines  portent de longues soies qui aident à leur dissémination. Ce sont ces soies qui ont valu aux arbres leur surnom d’arbre coton. Mais on ne peut pas les filer

Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : WaganaAu hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana

Ça c’est un nid de fourmis rouges. Elles ont cousu des feuilles de cacaoyer pour abriter leurs œufs. Il y a beaucoup de fourmis rouges dans les plantations. Elles ne sont pas aussi voraces que les fourmis magnan mais elles s’insinuent sous les vêtements et elles pincent fort !!! Il vaut mieux faire attention où l’on pose le pied ou la main.

Au hasard des tournées : Wagana

En visitant des plantations nous sommes amenés à traverser des campements. C'est toujours l'occasion de  découvrir des tranches de la vie quotidienne en brousse. Le fait d'être accompagné par des villageois me laisse pas mal de liberté pour prende des photos. Rare sont les personnes qui refusent que je les photographie.  Il va falloir que je trouve vite un studio photo sur Abidjan pour mettre sur papier et renvoyer à ces personnes les photos d'eux que j'ai prises !!

Cette cour résume plusieurs activités à elle seule. En premier plan se sont des piments rouges qui sèchent. Le piment est certainement la culture qui rapporte le plus haut revenu à l’hectare en Côte d’Ivoire. Loin devant le cacao, l’hévéa ou l’huile de palme et le marché est constant. Mais bon, il n’est pas à la portée de tous les agriculteurs de se lancer dans la culture du piment à  grande échelle ; ne serait-ce qu’un hectare. Mais les pieds de piment disséminés dans les parcelles de l’exploitation apportent un complément de revenu non négligeable.

Derrière, ce sont des fagots d’herbes qui, une fois séchées et assemblées, feront des balais.

Enfin, les cylindres au fond, c’est du tourteau de palme après extraction de l’huile.

Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana

Ça c’est une cuisine, en plein air, au milieu de la cour d’une concession.

Au hasard des tournées : Wagana

Ce jeune homme est en train de préparer des noix de cola. Après les avoir laissé tremper dans l’eau, il débarrasse les noix des téguments qui les entourent.

La noix de cola est très présente dans la vie sociale et culturelle en Afrique. Elle est offerte en signe de bienvenue au visiteurs. Elle fait partie du rituel de toutes les célébrations religieuses et de toutes les fêtes familialles et dans bien des pays d'Afrique de l'Ouest, elle scelle les fiancailles. Pour plus d'info jetez un coup d'oeil à cet article ou à celui-ci pour en savoir plus sur les vertus médicinales de cette noix.

Au hasard des tournées : Wagana
Au hasard des tournées : Wagana

Après plusieurs heures passées dans une plantation, ces fauteuils de brousse nous accueillent sous un apatam couvert de palmes sèches. .regardez bien, ils sont faits d’une fourche d’arbre à trois branches. Astucieux non ? Mais la branche qui sert de dossier n’est pas très confortable.  On se repose là en partageant nos sandwichs, boissons fraiches, café et une boite de tablettes de chocolat que j’ai ramené à l’attention des planteurs.

Au hasard des tournées : Wagana

Allez, une dernière photo pour la route ! Prise en rentrant sur Abidjan. Ce taxi est juste chargé, un peu !!!!

Au hasard des tournées : Wagana
Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Wagana

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :