C’est la question que je me pose parfois quand les visites se succèdent. Cela a été particulièrement le cas les semaines passées. Nous avons d’abord reçu deux allemands représentant un biscuitier allemand très connu à qui nous vendons du chocolat et que j’ai accompagnés pour une tournée dans le centre de la zone cacaoyère pendant deux jours. La semaine suivante ce sont deux représentants de sociétés japonaises. Enjeux commercial toujours. Même si, pour le moment, toutes les fèves importées par le japon proviennent du Ghana. Ce pays a su construire une réputation de régularité dans la qualité livrée et bénéficie d’une prime sur le marché …. Mais la production de cette année ne suit la demande pas du fait de problèmes phyto sanitaires et il devrait manquer entre 150 et 200 000 tonnes de fèves sur 2015.  C’est peut-être ce qui explique l’intérêt des japonais pour le cacao de Côte d’Ivoire. Mes visiteurs représentaient le premier importateur de fèves au Japon et le premier producteur de chocolat japonais.   Ensuite, je devais aussi organiser le voyage en brousse de deux collègues de France : des commerciaux qui avaient gagné un voyage découverte en Côte d’Ivoire. Ceux-là j’aurais vraiment aimé les accompagner car nous avions des tas de choses à se faire découvrir réciproquement : eux le monde de la distribution des chocolats en France et moi la production de fèves et un peu d’Afrique…. Hélas je n’ai pas pu faire autrement que les confier à mon superviseur. Dommage.

 

Dans la voiture je passe beaucoup de temps à discuter avec nos visiteurs et du coup je prends peu de photos. En plus comme ce sont toujours des gens pressés, je les emmène toujours sur les centres les plus proches d’Abidjan et je commence à connaitre ces coins par cœur !!! C’était quand même la première fois que je passais devant la mine d’or  d’Agbaou exploitée par la société Endeavour Mining. En fait il y a deux sites miniers près de Divo. L’un est sur le trajet entre Divo et notre centre de Niafuta. L’autre, plus récent, et qui est peut-être une extension du premier est situé sur la piste entre Divo et notre centre de Léléblé. Ce sont des mines à ciel ouvert et j’ai juste pris, à la sauvette, une photo du terril. J’ai été surpris de constater que des orpailleurs avaient rouvert un site d’extraction sauvage. Il n’y avait rien quand j’étais passé par là il y a un peu plus d’un mois.

Cadre de production ou guide touristique  ?
Cadre de production ou guide touristique  ?

Il ne pleut plus depuis longtemps. Bon, d’accord nous ne sommes plus en saison des pluies mais quand même, il devrait y avoir quelques gouttes. En tous les cas on les attend car les cacaoyers sont chargés de chérelles et de petites cabosses dont bon nombre n’arriveront pas à maturité si la sécheresse perdure. La photo c’est juste pour vous montrer à quel point tout est sec en brousse. Pas drôle dans ces conditions de se suivre à plusieurs véhicules.

Cadre de production ou guide touristique  ?
Cadre de production ou guide touristique  ?

Une photo de jeune noix de coco prise dans une cacaoyère. Même si la majeure partie des cacaoyères de Côte d’Ivoire sont, hélas, trois fois hélas, cultivées en plein soleil, il n’est pas rare d’y trouver d’autres espèces : des fromagers, des avocatiers, des agrumes, des essences spontanées conservées pour les fruits qu’elles donnent ou pour des utilisations en médecine traditionnelle. On rencontre aussi des palmiers et des cocotiers. Ce ne sont pas les meilleures plantes d’ombrage car elles prennent de la place pendant les premières années de la croissance des palmiers

 

J’ai pu aussi tourner deux jours avec notre expert cacao à l’occasion d’une formation sur la taille des cacaoyers dans la région d’Appouasso au Sud-Est du pays. Les rues de la ville sont en travaux et une ou des canalisations ont été coupées. Du coup il n’y avait plus d’eau dans la vile depuis 3 jours. Du coup le soir nous avons fait quelques dizaines de kilomètres supplémentaires pour aller dormir à Assinie. Tôt le matin, ce pêcheur et son fils relevaient leur filet dans lagune noyée dans le brouillard.

Cadre de production ou guide touristique  ?
Tag(s) : #Côte d'Ivoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :