Nous ne restons pas longtemps dans les bungalows. Nous repartons vers 16 heures avec Dongo pour une première sortie dans le parc avec Dongo. Nous ferons 3 sorties : une, courte, en fin d’après-midi le samedi, une, toute la matinée du Dimanche et une dernière rapide car nous étions fatigués, en fin d’après-midi le dimanche.

Nous n’avons exploré qu’une toute petite partie du parc (en jaune sur la carte). La plupart des pistes qui permettaient de pénétrer dans le parc n’ont pas été rouvertes et je soupçonne que seuls les braconniers visitent régulièrement les zones non accessibles du parc.  Notre guide, Mr Dongo, a été formé par la coopération allemande il y a une quinzaine d’années comme une dizaine d’autres habitants des villages environnants. Mais ils ne sont plus que quelques guides à exercer encore aujourd’hui. De toutes les manières, les visiteurs sont rares.  Ces guides ne dépendent pas de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves et ils ne sont pas armés. Nous partons donc dans la brousse les mains dans les poches. Bon c’est vrai qu’il n’y a plus de lions dans le parc hélas, mais il vaudrait mieux ne pas tomber sur des léopards ou même sur un buffle irascible.  

Mr Dongo prend place à l’arrière de mon Pajero entre nos compagnons. C’est sûr qu’une ‘station wagon’ n’est pas ce qu’il y a de mieux pour le safari, même avec les vitres ouvertes.  C’est moi qui conduirai. Même si les pistes du parc que nous avons empruntées sont relativement bonnes et que nous roulons à petite vitesse (entre 20 et 30 km/h, je ne suis pas la meilleure position pour prendre des photos des animaux. Désolé pour ls photos donc !

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

La zone du parc que nous avons visitée est couverte d’une savane arborée dense et des forêts galeries. En s’éloignant de la Comoé vers l’Est on trouve des espaces herbeux plus ouverts avec des affleurements rocheux. Voici des photos des paysages traversés ces 2 jours.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Un bowal avec au fond, la silhouette des Monts Kourou. Un bowal  (pluriel : des bowés. C’est un terme d’origine Peulh) est une zone d’affleurement de la cuirasse latéritique. La couche de sol est très fine. La cuirasse ne laisse pas l’eau pénétrer facilement. Les bowés se transforment rapidement en marécages dès les premières pluies.

On voit bien les traces du feu. Il ne s’agit pas de feux de brousse incontrôlés. Comme dans la plupart des parcs de savane, l’administration des parcs réalise des mises à feu précoces avec trois objectifs :

  • Dégager des espaces et faciliter la vision des animaux
  • Recréer un pâturage pour les animaux
  • Eviter  les feux de brousses tardifs qui, eux, feraient beaucoup plus de dégâts à la végétation.

 

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Une forêt galerie le long de la rivière Iringou, encore asséchée, qu’enjambe un beau pont en béton. Cet ouvrage est un vestige du passé florissant du parc.

Nous franchiron plusieurs fois deux autres petits cours d’eau sur des ouvrages de fortune. Pendant la crise, les partisans de G’Bagbo ont dynamité deux ponceaux. L’un d’eux a été remplacé par de solides planches. L’armée française est venue poser deux poutres en I pour remplacer l’autre. Pas de problème pour passer sur les planches, même si, la première fois, mes compagnons ont préféré descendre pour éprouver leur solidité. Par contre le passage sur les poutres métalliques est plus ardu. Leur écartement ne correspond pas tout à fait à celui des roues de ma voiture et je dois m’y prendre à plusieurs fois avant de passer.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

La densité du couvert arboré ne favorise pas la vision des animaux. Ceux que notre approche relativement discrète surprend près de la route fuient vite pour se mettre à couvert sous les arbres, à bonne distance de la voiture. On verra beaucoup de cobes de Buffon comme cette femelle peu farouche qui ne s’est pas trop éloignée.  Sur les photos suivantes : deux males et un groupe de femelles accompagnées de leurs faons.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

On apercevra aussi quelques cobes Defassa, des Bubales et des Hippotragues. Mais ces grandes antilopes sont craintives et elles resteront loinde nous et s’enfuiront vite.

Un beau buffle solitaire nous fera le plaisir de rester à porter de nos objectifs. Il ne devait pas vraiment nous craindre.  On le rencontrera à peu près au même endroit deux jours de suite.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Dans le registre des animaux de taille plus modeste : des cynocéphales croisés dans la forêt galerie de l’Iringou, une bande de mangoustes bondissantes très rigolotes, une famille de phacochères qui est partie en trottinant la queue en l’air, des oribis, des céphalophes de Grimm et des céphalophes à flanc roux, connues aussi sous la dénomination de biche cochonne. Ce  qui amuse beaucoup le breton de la bande.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Pas facile de cadrer cette petite antilope dans le viseur de l’appareil ? Outre qu’elle se dissimule facilement parmi les broussailles, elle est craintive et très vive. Il est vrai que leur petite taille les désigne comme un met de choix pour tous les meso-prédateurs qui vivent dans le parc. J’ai quand même pu en photographier une. Je suis plutôt content car sinon, les photos de ces biches, cela donne plutôt ça …..!!!

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Côté oiseaux, beaucoup de calaos longibandes, et de merles métalliques, mais aussi des guêpiers écarlates, des martins chasseurs et des rapaces que nous n’identifierons pas vraiment. Et puis des petites poules de roche et des pintades de savane.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Ah, j’allais les oublier. Il y a aussi les insectes. Du côté des ‘sympas’ les termites et les fourmis. Deux des chercheurs sur la station étudient leur comportement. Voici une belle termitière cathédrale, non ?

Moins agréable, nous avons pu observer de très près l’agressivité des mouches tsé-tsé, en particulier lors des sorties en fin d’après-midi. Nous avons été littéralement assaillis par ces insectes. Et ça fait mal quand ils piquent !!!! Olivier a essayé de lutter en les écrasant contre le parebrise. Pure perte de temps. Il y en avait trop. Nous avons fini par remonter les vitres de la voiture et mettre la clim. Je ne vous raconte pas l’état de mon parebrise en arrivant à Abidjan.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

La Comoé est un des éléments incontournables du paysage du Parc. Le Dimanche matin, nous partons la découvrir à la recherche des hippopotames. On remonte vers le Nord jusqu’à un campement au milieu de la savane. C’est une infrastructure pour accueillir des campeurs : trois maisonnettes qui ont reçu un groupe de visiteurs pendant 3 jours la semaine dernière. Ainsi qu’une cuisine. Regardez bien la photo de ce dernier bâtiment. Il n’y a rien qui vous interpelle ? Vraiment …. Alors envoyez-moi vos commentaires pour m’expliquer à quoi sert la porte fermant un bâtiment ouvert aux quatre vents !!!!!!

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Nous garons la voiture et nous partons à pied rejoindre la rivière qui est juste en contrebas du campement. C’est un beau site avec un seuil rocheux qui coupe presque entièrement la Comoé. Mais pas d’hyppo en vue.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

On repart en sens inverse vers un autre site sur la Comoé, au Sud de la station de recherche où les hippopotames ont l’habitude de se regrouper. On ne voit pas les hippo mais ils ne sont pas loin et leurs traces sont fraîches.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Celle-là, c’est la trace d’un buffle venu boire. Les crottes et la trace en cœur appartiennent à des cobes.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Ici aussi la rivière est coupée par un haut fond caillouteux. Seul un petit bras coule encore entre les arbres torturés par les crues. En fait, en cette saison, au niveau du parc, la Comoé n’est plus qu’une succession de gros trous d’eau séparés par des haut fonds ou des seuils rocheux. Elle ne coule pour ainsi dire plus. Mais le site est très beau et c’est agréable de marcher au bord de l’eau.

La photo précédente, c’est le trou d’eau côté aval et la photo suivante, un autre trou d’eau, côté amont.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Entre les deux : un haut fond rocheux, le petit bras qui coule encore et les arbres aux troncs malmenés par les crues de la rivière.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Un grand comoran nous observe perché sur une branche de l'autre côté de la rivière. Il n'est pas le seul. Ce vanneau caronculé ne se sent pas tranquille bien qu'il soit en sécurité sur un rocher au milieu du cours d'eau.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Dongo nous entraine un peu plus au Sud. Nous ne sommes plus très loin des limites du parc. Je gare la voiture à l’ombre toute relative d’un arbre et nous partons à pied dans la savane à l’assaut de collines caillouteuses. La brousse n’a pas encore complétement reverdie. Les sols sont nus mais les arbres se sont réveillés et sont couverts de jeunes pousses comme celle-ci.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Dongo nous mène à la tanière abandonnée d’une bande d’hyènes au flanc de l’une des collines. Beau panorama sur le parc et le mont Kourou

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Il est déjà midi passé et il est temps de rentrer à la station si on veut manger quelque chose. De toutes les manières nous sommes tous fatigués. Pour déjeuner …. Un plat de riz et pâtes  mélangés. En fait, on aura mangé essentiellement du riz et des pâtes au cours de notre séjour. Nous, ça nous va bien car nous ne restons que 2 jours mais j’espère pour les chercheurs qui eux, séjournent 6 mois d'affilée sur le parc, que les menus sont plus variés et comportent des fruits et des légumes  !!

Après une courte sieste nous partons, en ordre dispersé, nous baigner dans la Comoé qui est juste en contrebas de la station. Bien évidemment, je n’ai pas pensé ni au maillot de bain ni à la serviette de plage. Pas grave, je me baignerai en slip et je me ferai sécher sur les rochers. De toutes les manières je me retrouve vite seul dans l’eau. Bien que la Comoé soit large à ce niveau, elle ne coule pas. Du coup l’eau en surface est chauffée par le soleil. Elle est au moins à 35 °c. Une vraie soupe. En profondeur elle est fraiche. En nageant, je fais remonter de l’eau fraîche en profondeur. Il règne un grand calme sur la rivière. Un silence total juste troublé par le saut des grenouilles dans l’eau.  Des petits poissons grouillent le long de la berge

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Lundi de Pâques. Toutes les bonnes choses ont une fin et il est temps de rentrer sur Abidjan. Nous avions envisagé de faire de tour par Bondoukou pour bénéficier de routes plus fréquentées mais on nous dit que cela représente un détour de 2 heures minimum et qu’en plus le premier tronçon est très dégradé. Je décide donc de refaire le même trajet qu’à l’aller.

Nous prenons notre petit déjeuner à 5h 30. Deux des chercheurs viennent nous dire au revoir malgré l’heure matinale. C’est gentil. En quittant le parc nous tombons sur une belle hyppotrague solitaire et des singes. Sans doute des patas.

Notre périple commence mal. Nous nous trompons de chemin et passons par Parhadi. Les premiers kilomètres de la piste qui mène à ce village sont vraiment difficiles. Je  décide quand même de poursuivre. Faire demi-tour nous aurait pris du temps or la route est longue d’ici Abidjan et je veux être sur l’autoroute avant la nuit. Et puis je n’ai plus beaucoup de carburant dans mon réservoir. Je roule très prudemment. Ce n’est ni le lieu ni le moment de tomber en panne. La photo vous donne un aperçu de l'état de ma voiture après ces 3 jours de brousse. elle va avoir besoin d'un grand nettoyage une fois à Abidjan !!

 

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Les pluies ont favorisé la sortie de centaines de papillons qui se regroupent par endroit au sol en taches multicolores.

Arrivés à Parhadi, nous retrouvons notre piste. Mes copilotes et leurs GPS font de nouveau merveille. Pas de problème particulier pour rejoindre Sandegué mais je garde un œil sur la jauge à carburant. Nous atteignons Sandegué à 10 heures. Là une mauvaise surprise nous attend : la station où nous avions fait le plein à l’aller est fermée car ses cuves sont vides. Aie !! Nous sommes bien obligés de poursuivre en espérant que nous aurons assez de gasoil pour atteindre la seule autre station d’ici à Bouaké. Je coupe la clim pour économiser le carburant. Heureusement nous roulons maintenant sur la piste qui a été refaite. Je ne suis plus obligé de rétrograder à chaque trou et relancer le moteur ensuite. et je peux avoir une conduite moins gourmand en carburant// On arrivera jusqu’à la station Shell de Satama-Sokoura et elle est ouverte. Ouf !!! Me voilà soulagé. 

On entre dans Bouaké à 13 heures. On tourne un peu dans la ville à la recherche du fast food « Chez Donald » que François Brieuc connait et recommande.  En cette journée de Pâquinou, le marché de Bouaké est très animé. Quelques photos prises au hasard des rues : le marché, des pagnes flamboyants sur une moto, un stand "tous rezo" multicolore et le démonte pneux d'un vulcanisateur

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et finWeekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin
Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

Pause déjeuner à la terrasse de Donald : cheeseburgers, chawarmas et frittes !!!! Wouahh. On apprécie même si le carrefour est très bruyant car c'est la route pour Yamoussoukro et Abidjan.

Ce lion était peint sur la cabine d'un semi-remorque burkinabé de passage.

Weekend de Pâques au Parc de la Comoé.  suite et fin

On reprend la route après une heure de repos. Nouvel arrêt à Yamoussoukro pour déposer nos deux compagnons. Je poursuis vers Abidjan avec Olivier. La circulation est dense et on perdra une demie heure à chacun des deux péages.

Enfin, voila Abidjan. Le temps de déposer Olivier chez lui (il habite pas très loin de chez moi, heureusement) et je suis à la maison à 19h30.  J'aurais conduit 12 heures .... heu, je suis un peu fatigué. La reprise au boulot demain sera un peu difficile.

Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Parc de la Comoé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :