Les esprits s'échauffent

Malgré la fraicheur qui s’est installée avec l’arrêt des pluies, l’ambiance a été chaude en Côte d’Ivoire cette semaine.

C’est d’abord sur le campus de l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, que des heurts ont éclatés opposants des étudiants et la police. A l’initiative de la FESCI des étudiants sont en grève depuis une semaine et ce lundi des affrontements ont éclatés faisant une trentaine de blessés. Des bureaux ont été saccagés et des véhicules incendiés par les étudiants en colère. Une dizaine d’entre eux ont été arrêtées. Le calme est revenu sur le campus dans la journée et ceux qui, comme moi, n’étaient pas près de l’université n’ont appris la nouvelle que par la voix de la radio et des télés.  Mais cela fait plusieurs semaines que le climat sur le campus est agité. D’aucun explique que la FESCI puissant syndicat étudiant à la réputation sulfureuse,  proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, est à l’origine de ces troubles qui dégénèrent régulièrement.

Ensuite, c’est l’envoi d’une deuxième facture d’électricités par la CIE à ses clients qui a fait sortir les gens dans la rue dans plusieurs villes du pays dont Daloa, Yamoussoukro et surtout Bouaké, ou les manifestations ont, là aussi dégénérées. Des bâtiments publics ont été pillés et un des manifestants a été tué.

L’augmentation des tarifs de l’électricité, pourtant annulée par le gouvernement cristallise le mécontentement d’une population qui a souvent du mal à joindre les deux bouts et à tenir jusqu’à la fin du mois. Cela fait en fait plusieurs mois que la grogne sociale se fait entendre avec des grèves dans le corps enseignant, dans le secteur de la justice, ou au sein de l’entreprise PETROCI. Et selon des sources citées par la presse écrite,  il y avait aussi dans la foule en colère vendredi à Bouaké, des commerçants mécontents d'avoir été récemment déguerpis d'un marché, ou encore d'anciens combattants démobilisés.

Bon, pour le moment, tout cela reste d’une portée limitée et la situation demeure sous contrôle. N’empêche ; le gouvernement a suspendu toute activité syndicale étudiante et l’armée est en état d’alerte

Les photos proviennent des sites web d’Abidjan.net et du journal « le Patriote »

Les esprits s'échauffent
Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #bouaké

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :